SITUÉE SUR LES COMMUNES D’AUXON-DESSUS ET AUXON-DESSOUS, AU NORD DE L’AGGLOMÉRATION DE BESANÇON DANS LE DÉPARTEMENT DU DOUBS, LA FUTURE GARE BESANÇON FRANCHE-COMTÉ TGV S’INSCRIT DANS L’OFFRE TGV RHIN-RHÔNE DONT LE LANCEMENT EST PRÉVU EN DÉCEMBRE 2011.

Au coeur de la future desserte, la nouvelle gare de la capitale francomtoise contribuera à soutenir l’accroissement des échanges dans la partie est de la France après la mise en service de la nouvelle ligne à grande vitesse, actuellement en construction sur 140 km entre Dijon et Mulhouse (LGV Rhin-Rhône branche est).

Au total, près de 12 millions de voyageurs sont attendus sur ces nouvelles liaisons Rhin-Rhône, et 1,1 million de voyageurs du Doubs et d’une partie de la Haute-Saône seront accueillis par Besançon Franche-Comté TGV.

Le projet de Besançon Franche-Comté TGV recherche l’exemplarité environnementale et intermodale. Près de 75% des consommations conventionnelles en énergie primaire de la gare de Besançon seront issues de sources renouvelables. S’appuyant sur une filière de gestion durable du bois très avancée en Franche-Comté, la SNCF a choisi pour la première fois d’équiper la gare d’une chaufferie bois qui doit permettre de couvrir un minimum de 90% des besoins durant la saison de chauffe. Grâce à la gestion énergétique particulièrement performante et aux efforts visant à bien intégrer le site dans son environnement, la nouvelle gare vient de faire l’objet d’une demande de certification HQE (Haute Qualité Environnementale).

Conjuguant avec harmonie l’ensemble des modes de transport, le projet Besançon Franche-Comté TGV porte également l’ambition de devenir un pôle d’échanges modèle offrant de nouvelles perspectives de déplacement sur la ville, la région et l’Europe.

Le financement des deux gares nouvelles de la LGV Rhin-Rhône, Besançon Franche-Comté TGV et Belfort-Montbéliard TGV, est assuré par la SNCF avec le soutien de l’Etat dans le cadre d’une convention distincte de celle portant sur la construction de la LGV. Un budget de 50 M€ est prévu pour les deux gares nouvelles, soit 25 M€ pour chacune d’elle. A ce montant s’ajoute la part de RFF pour le périmètre relevant de sa responsabilité, à savoir les quais et leurs accès, soit 7 M€ à Besançon.