APRÈS LA GARE BESANÇON FRANCHE-COMTÉ TGV DONT LES TRAVAUX ONT ÉTÉ LANCÉS LE 30 AVRIL DERNIER, C’EST AU TOUR DE LA GARE BELFORT - MONTBÉLIARD TGV D’ENTRER EN CONSTRUCTION. ELLE OUVRIRA SES PORTES EN DÉCEMBRE 2011 POUR LA MISE EN SERVICE DE LA LGV RHIN-RHÔNE.

 

Cette nouvelle gare s’inscrit dans un « périmètre partagé », à l’Est de l’autoroute A36, entre Belfort et Montbéliard, où de nombreux projets de développement économique et social sont en préparation (zones d’activités et hôpital médian de Belfort - Montbéliard, par exemple). Chaque année, près de 1,1 million de voyageurs utiliseront cette nouvelle porte d’entrée de l’Aire urbaine Belfort - Montbéliard - Héricout - Delle sur le réseau européen à grande vitesse.

La nouvelle gare Belfort - Montbéliard TGV a été conçue dans une démarche de développement durable, incarnant l’ambition de la SNCF et de sa branche Gares & Connexions de construire des gares éco-durables, des gares « génération écomobile » où protection de l’environnement se conjugue avec intermodalité et services. Les énergies renouvelables y seront très largement exploitées pour garantir la performance énergétique du bâtiment voyageurs. Ainsi, pour la première fois dans une gare française, une partie des besoins de chauffage sera assurée par l’énergie géothermique, puisée à 100 mètres de profondeur dans le sous-sol du terrain.

La nouvelle gare Belfort - Montbéliard TGV est également conçue comme un pôle d’échange multimodal exemplaire où TGV, bus, taxis, voitures, deux roues ou piétons se côtoient dans un ensemble intégré au territoire et ouvert sur la région.

Pour Guillaume Pepy, Président de la SNCF : « La construction de cette nouvelle gare TGV constitue un signal fort pour les habitants du Nord Franche-Comté qui pourront bientôt profiter pleinement de la grande vitesse ferroviaire symbolisée depuis 30 ans à Belfort par la fabrication des motrices TGV. Grâce à l’offre TGV Rhin-Rhône que nous sommes en train de préparer, ils gagneront non seulement près d’1h30 vers Paris mais ils rejoindront aussi beaucoup plus facilement Lyon et le réseau TGV Méditerranée. C’est un tournant historique qui se présente à ce territoire et à ses grandes industries. Mais le TGV seul ne suffit pas à créer du développement. C’est pourquoi je me réjouis de la mobilisation de l’ensemble des acteurs territoriaux qui nous ont rejoint aux côtés du Conseil régional au sein du Club TGV Rhin-Rhône ».