A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, découvrez quatre portraits de femmes de SNCF Gares & Connexions : leur métier, leur parcours et leur perspective sur ce que signifie être une femme et occuper un poste de terrain aujourd'hui.

Stéphanie, Dirigeante d'unité patrimoine

Quel est votre métier ? Que faites-vous au quotidien ?  

Je suis Dirigeante unité patrimoine. J’appartiens à l’ABE Paris Sud, l’Agence Bâtiment et Energie en charge de tout le secteur sud parisien. Je coordonne une équipe de conducteurs de travaux, d’expert électriques, de techniciens en bâtiment, et nous nous occupons de la maintenance des gares et d’autres installations SNCF (comme des technicentres ou certaines installations électriques). Très concrètement, s’il y a une fuite en gare, une panne dans un transformateur électrique ou un affaissement sur un quai ; c’est nous qui sommes sur le terrain pour résoudre le problème.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?  

Sans hésiter, le coté imprévisible et varié de mon quotidien. J’aime le fait de travailler dans l’urgence et de trouver des solutions. La maintenance quotidienne des bâtiments cela peut sembler moins impressionnant que des grands travaux et "moins glamour" que des projets de transformation mais c’est un maillon indispensable de la chaine de production SNCF. On résout de nombreux incidents au quotidien et on se sent utiles. L’objectif est de garantir le confort de nos clients.

Est-ce que vous évoluez avec beaucoup de femmes au quotidien ? 

Le milieu du bâtiment reste majoritairement masculin. Mon équipe compte 70 agents. Nous sommes 7 femmes et seulement 3 en post opérationnel. Je travaille également avec des entreprises extérieures et prestataires externes, qui sont très majoritairement des interlocuteurs. Mais cela évolue petit à petit. Le fait d'être plusieurs femmes dans une équipe avec beaucoup d'hommes créé des liens très forts.

Entre femmes, nous échangeons sur nos expériences professionnelles et personnelles. C’est très important pour moi et indispensable dans mon quotidien.  

Est-ce que ça change quelque chose d’être une femme dans votre quotidien professionnel  ?  

Non pas aujourd’hui. Ce serait presque un atout car la mixité dans les équipes amène de la complémentarité. Hommes et femmes dans mon équipe nous travaillons très bien ensemble. Je trouve que notre culture d’entreprise et les mentalités ont beaucoup évolué. Il y a 15 ou 20 ans, j’ai parfois subi le fait d’être une femme dans un monde d’hommes. J'ai démarré sur des postes de manager. Je n’ai jamais rencontré de problèmes avec mes collègues ou mes agents mais c’était parfois plus compliqué d’être entendue sur un chantier où part la hiérarchie à l'époque. Non seulement j’étais une femme, mais j’étais aussi jeune et sur un poste à responsabilité.

Combiner la maternité avec un poste opérationnel et des horaires exigeantes a aussi été un vrai défi.  

Avez-vous des mentors, des modèles au sein de l’entreprise ?  

Mes anciens dirigeants qui m'ont accompagné sur ma prise de poste actuel et m'ont fait confiance  ! J’ai eu beaucoup de chance. Se sentir soutenue et légitime c’est précieux. Les dirigeantes de SNCF Gares & Connexions également : Marlène Dolveck - Directrice générale, Eliane Barbosa - Directrice des opérations et des territoires, Emmanuel Chailley - Directrice de la stratégie - qui sont de vrais modèles de réussite. En plus de leurs nombreuses responsabilités, elles sont sur le terrain auprès de nous, elles viennent régulièrement voir nos agents. C’est inspirant et très moteur !

Des initiatives marquantes au sein de l’entreprise ?  

Célébrer la Journée internationale des droits des femmes par exemple ! En mettant en avant les parcours de femmes dans l’entreprise sur des métiers où on ne les attend pas, je pense que cela peut faire évoluer les mentalités. C’est important de montrer que les femmes peuvent faire tous les métiers. Cela casse les stéréotypes, cela peut donner envie à certaines de s’orienter vers un métier de terrain sur lesquelles les femmes osent moins se positionner.   

J’ai aussi reçu beaucoup de formations au sein de la SNCF. Elles ont jalonné mon parcours.

La mixité dans l’entreprise, cela passe aussi beaucoup par la formation et l’évolution des femmes dans leur parcours professionnel.   

 

 

Yasmina, Surveillante énergie électrique

Quel est votre métier ? Que faites-vous au quotidien ?  

Je suis Surveillante Travaux énergie. Je m’occupe de superviser les entreprises qui interviennent sur les installations électriques des gares et technicentres. Je réalise aussi moi-même des opérations de maintenance et de dépannage sur les installations qui sont sur notre secteur. 

Qu’est-ce qui vous plait dans votre métier ?  

Petite, j’étais passionnée par l’électricité et la mécanique. Avant d’entrer chez SNCF, j’ai été enseignante en électrotechnique. Mais, j’aime vraiment être sur le terrain et exercer mon métier d’électricienne. C’est un métier concret et manuel.  

Est-ce que ça change quelque chose d’être une femme dans votre quotidien professionnel ?  

Non, je suis bien dans mon équipe. J’ai toujours évolué dans un univers d’homme. Et je ne ressens pas de différence de traitement parce que je suis une femme. Mais je sais qu’une femme électricienne, cela surprend. Quand j’arrive pour une intervention de dépannage on me dit souvent que c’est rare de voir une femme. Au début cela me dérangeait un peu mais maintenant je le relève, avec humour.  

Est-ce que vous évoluez avec beaucoup de femmes au quotidien ? 

Cela m’arrive de travailler avec des femmes mais c’est rare. Encore une fois, j’ai l’habitude. Depuis la deuxième année de l’université je suis systématiquement la seule femme de ma classe, dans les équipes où j’ai travaillé. Il n’y a pas beaucoup d’électriciennes chez SNCF car il y a peu de femmes qui sont formées pour le devenir. J’espère que cela va changer. Les femmes peuvent être mécaniciennes, électriciennes, conduire des poids lourds... En 2022, il n’y a plus de métier d’homme ou de métier de femme.  

Avez-vous des mentors, des modèles au sein de l’entreprise ?  

Mes collègues ! On se soutient. Il y a une vraie solidarité et c’est agréable de travailler en équipe.  

Des initiatives marquantes au sein de l’entreprise ?  

Femmes et hommes sont traités sur un pied d’égalité. Par exemple, notre équipement est mixte mais adapté à tous. Nos tenues, nos échelles, nos caisses à outils sont conçues pour répondre à des standards de sécurité et de qualité de vie au travail pour tous. Nos caisses à outils sont lourdes  mais elles sont équipées de roulettes. Porter du poids pourrait être une limite pour moi mais ce n’est pas le cas grâce à ce type de matériel.  

Je suis aussi favorable aux initiatives pour recruter plus de femmes sur les métiers de terrain. Les femmes peuvent exercer tous les métiers !

Véronique, Directrice de projet

Quel est votre métier ? Que faites-vous au quotidien ?  

Je suis Directrice de projet au sein de la Direction des Grands Projets chez SNCF Gares & Connexions. Je pilote les travaux de rénovation et de transformation pour 3 gares : Paris Gare de l’Est, Marne-la-Vallée et Paris Charles de Gaulle (CDG2). Avec mon équipe, nous coordonnons les travaux, du début du projet jusqu’à la livraison : l’expression de besoin, la conception, le suivi des travaux et des entreprises prestataires, la tenue des plannings et des budgets. C’est très complet.  

Qu’est-ce qui vous plait dans votre métier ?  

La diversité car il n’y a pas 2 jours qui se ressemblent. Je suis architecte de formation. Je me suis très vite rendu compte que je préférais être sur les chantiers que derrière une table à dessin. C’est aussi un métier très humain ; on travaille avec beaucoup de gens différents. Mon rôle est de faire travailler les équipes ensemble, de créer des synergies et de donner un rythme.  

Est-ce que ça change quelque chose d’être une femme dans votre quotidien professionnel ?  

Au quotidien non. Mais, historiquement le milieu du bâtiment est un univers très masculin. Il y a un poids de structure. Dans l’évolution professionnelle par exemple, il faut 3 fois plus s’affirmer qu’un homme, 3 fois plus montrer que l’on sait faire pour être légitime.  

Est-ce que vous évoluez avec beaucoup de femmes au quotidien ? 

Oui, le milieu du bâtiment se féminise progressivement. Dans les équipes d’architectes et d’ingénieurs, on retrouve beaucoup de femmes chez SNCF Gares & Connexions, tout comme dans les Unités Gares avec lesquelles je travaille au quotidien. Dans mon équipe également, j’ai voulu recruter des femmes. Nous sommes 8 personnes et nous visons la parité. La mixité c’est essentiel. Et, recruter des femmes sur nos métiers c’est la meilleure manière de montrer qu’ils sont passionnants et qu’ils ne sont pas réservés aux hommes. Je trouve ça important de faciliter l’évolution des jeunes femmes sur ce type de métiers.  

Avez-vous des mentors, des modèles au sein de l’entreprise ?  

L’un de mes anciens dirigeant !  Il m’a fait prendre conscience de ma valeur et prendre confiance en moi.  

Des initiatives marquantes au sein de l’entreprise ?  

Le réseau SNCF mixité, anciennement SNCF Au féminin. Ce changement de nom veut dire beaucoup pour moi car le sujet de la mixité n’est pas un sujet qui concerne uniquement les femmes. Je suis inscrite dans le programme de mentorat. Ce type de programme me semble important. Il doit permettre aux femmes de gagner en technicité, en expertise métier, de se construire un réseau solide et de gagner en confiance en soi.  
Chez SNCF Gares & Connexions, le modèle de leadership porté par Marlène Dolveck, Directrice générale, va dans ce sens. On nous demande de travailler dans la bienveillance, dans le partage des objectifs, en mettant l’humain d’abord, peu importe le genre.  

 

 

Anne, Directrice des gares de Normandie

Quel est votre métier ? Que faites-vous au quotidien ?  

Je suis Directrice des gares de Normandie. Avec mon équipe, nous sommes en charge de l’exploitation des 117 gares et haltes de Normandie, de Rouen à Cherbourg, en passant par Deauville. C’est un territoire très large à occuper. Nous veillons à ce que les gares soient en parfait état de marche et qu’elles répondent aux attentes de nos clients en termes de sécurité, de confort, de propreté, d’accessibilité et de service.  

Qu’est-ce qui vous plait dans votre métier ?  

Je ne m’ennuie jamais ! Je peux être en tournée en gare avec l’un des gestionnaires de site de mon équipe et devoir lancer des travaux très rapidement quand il s’agit de sécurité par exemple. Et, le lendemain, préparer une réunion de concertation avec des institutionnels de la région. Il faut décider vite et arbitrer quotidiennement pour faire fonctionner nos gares, manager une équipe, développer les résultats du baromètre de satisfaction clients et accompagner le transporteur coopérateur dans la bonne réalisation des prestations que nous lui confions. C’est un peu le grand écart parfois et c'est ça qui me plait !

Est-ce que ça change quelque chose d’être une femme dans votre quotidien professionnel ?  

Non, parce que j’essaye de me sortir ça de la tête. Prendre ce type de poste était un challenge pour moi : cet univers était très nouveau, les responsabilités importantes et nécessitait que je déménage en embarquant avec moi, famille et mari ! Je me suis posée beaucoup de questions sur ma légitimité à occuper ce poste: Culturellement et socialement, encore beaucoup de reflexes ramènent à un cadre de pensée où la femme est moins capable. Or, nous savons que c’est faux. Il me semble donc très important de ne pas s’autocensurer : être une fille n’a rien à voir avec notre façon de travailler ou la valeur de notre travail et nous devons être les premières à en être convaincues.  

Est-ce que vous évoluez avec beaucoup de femmes au quotidien ? 

Oui, l'équipe que je manage est très mixte. Nous sommes 15 dans mon équipe. il y a autant d’hommes que de femmes. Et c'est très bien comme cela !  

Avez-vous des mentors, des modèles au sein de l’entreprise ?  

J’ai été managée par des femmes remarquables et très inspirantes au cours de mon parcours professionnel. Des femmes qui vont au bout de leurs idées, et qui managent par la confiance, comme Isabelle Bascou ou Vanessa Crequer. C’est très formateur et inspirant. Et, maintenant que j’y pense, ma carrière a été ponctuée par des femmes dirigeantes. J’ai commencé chez Voyages SNCF dont la direction était assurée par Barbara Dalibard (de 2010 à 2014),  puis Rachel Picard (de 2014 à 2020). J'ai rejoint, il y a quelques mois, SNCF Gares & Connexions et découvre la direction de Marlène Dolveck; son comité exécutif donne bien à voir le leadership au féminin.    

Des initiatives marquantes au sein de l’entreprise ?  

Le réseau SNCF mixité. C’est important de porter un regard clair sur les sujets de mixité, de prendre à bras le corps les questions de genre et d’équité. Ce sont aussi les valeurs et l’état d’esprit sur lequel nous construisons le collectif de l’entreprise qui se jouent.  

Par exemple, parlons de la parentalité: combiner vie professionnelle et vie personnelle doit plus être frein pour l’évolution professionnelle des femmes. Nous devons accompagner une évolution culturelle forte: la parentalité est autant l'affaire des pères que des mères, et les mesures doivent être équitables, dans un sens comme dans l'autre.