« Depuis 2017, je mène l’une des plus grandes opérations de modernisation de gare en Europe. Chef d’orchestre de la rénovation de la Gare du Nord qui doit tripler de surface d’ici 2024, je pilote, avec le concours d’une équipe d’architectes et d’ingénieurs,  la définition de son programme, la mise au point de son projet et en supervise la réalisation actuellement en cours. Il s’agit d’un chantier complexe situé dans un environnement très contraint, au cœur de Paris, dans un des arrondissements les plus denses de la capitale. Le plus gros défi sur ce projet est de réaliser ces travaux d’extension sans fermer le site. Il nous faut à la fois limiter l’impact sur la circulation des quelques 2 200 trains qui passent chaque jour par la Gare du Nord tout en assurant la sécurité maximale des plus de 700 000 voyageurs quotidiens qui la fréquentent.

Je pilote également en qualité de Directeur de programmes les responsables des projets de rénovation de la Gare de l’Est et de la Gare Saint-Lazare. La proximité des Gares du Nord et de l’Est notamment impliquait qu’un seul responsable coordonne les travaux sur ces chantiers qui ont les mêmes interlocuteurs au niveau institutionnel. Ce quartier, je le connais bien. Dans mes précédentes fonctions au sein de SNCF Immobilier, j’ai contribué pendant près de quatre ans à la réhabilitation de nombreuses friches ferroviaires du Nord Est parisien en quartiers de ville.

Après avoir obtenu mon diplôme d’ingénieur, je rêvais de construire des ponts et des routes puis j’ai découvert l’intérêt et le sens de participer à la création de nouveaux quartiers urbains pour en faire des lieux de vie. En cela, une gare est un espace magique qui associe intensité urbaine, développement des nouvelles mobilités et patrimoine architectural de premier plan, tout en restant dans la modernité du XXI ème siècle.

Je suis heureux de pouvoir faire mon métier de maître d’ouvrage en prise directe avec les gestionnaires des espaces en gare et les clients et de pouvoir mesurer très directement l’impact de notre travail qui vise à améliorer le quotidien des visiteurs de nos gares.J'apprécie aussi beaucoup de pouvoir mettre en mouvement des compétences pointues et très diverses, de l’ingénieur à l’architecte en passant par l’économiste ou le designer, et de livrer un équipement conforme à notre programme initial.

En deux ans, nous avons tenu notre planning. Tant en termes de qualité, de coût que de délai, nous sommes à ce jour dans les clous. Mais cela demande chaque jour des prouesses humaines et techniques, à l’exemple de la réalisation des passerelles qui donneront accès aux voies depuis le nouveau hall d’arrivée de la Gare du Nord. Aux termes d’un an et demi de travaux préparatoires, nous pourrons chaque nuit pendant 2 à 3 semaines pousser ces passerelles, petit à petit, tronçon par tronçon, au-dessus des voies. L’objectif reste plus que jamais de livrer la transformation de la plus grande gare internationale de France à temps pour les Jeux Olympiques de 2024. »