David Paquin

Pour la première fois, Le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême investit de nouveaux lieux d’exposition et propose, hors de ses murs, une sélection d’œuvres d’artistes. Les artistes Emil Ferris, Fauve d'Or 2019 pour son album Moi, ce que j'aime c'est les monstres, et Charles Burns, invité d'honneur du Festival, voient leurs créations exposées jusqu’au 15 février en gare d'Avignon.

Rubriques associées :
Culture, Exposition

Née en 1962 à Chicago, Emil Ferris dessine des jouets et participe à la production de films d’animations jusqu’en 2002. Lors de la fête de son quarantième anniversaire, elle se fait piquer par un moustique et ne reprendra ses esprits que trois semaines plus tard, à l’hôpital. On lui a diagnostiqué une méningo-encéphalite : les médecins lui annoncent qu’elle ne pourra sans doute plus jamais marcher, et qu’elle n’est plus capable de tenir un stylo. Alors qu’elle ne se voit plus aucun avenir, Emil Ferris décide de se battre et de prendre un nouveau départ au Chicago Art Institute, dont elle sortira diplômée. C’est à cette époque qu’elle commence l’écriture d’un roman graphique qu’elle mettra six ans à réaliser, Moi, ce que j’aime c’est les monstres (éditions Monsieur Toussaint Louverture, 2018).
L’ouvrage raconte l’histoire de Karen Reyes, qui a dix ans à la fin des années 1960. Fan absolue des fantômes, vampires et autres morts-vivants,  elle s’imagine être un petit loup-garou. Le jour de la Saint-Valentin, sa voisine, la belle Anka Silverberg, se suicide d’une balle dans le cœur. Karen décide d’élucider le mystère qui entoure sa mort. 
L’autrice remporte le Fauve d'Or du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême en 2019, pour son oeuvre magistrale, Moi, ce que j'aime c'est les monstres vendu aujourdh'hui à 100000 exemplaires.

Scénariste et dessinateur américain, Charles Burns publie cette année le premier ouvrage de sa nouvelle série Dédales, aux éditions Cornélius. On y retrouve l’univers de celui qui s’est nourri de la veine satirique du magazine américain Mad, du cinéma d’horreur et des premières séries à suspense sur le petit écran. L’auteur culte de Black Hole (Delcourt, 2006) , Toxic (Le Dernier cri, 2010), ou encore Love Nest (Cornélius, 2016) use d’un trait devenu iconique, à la fois angoissant et sensuel.
Publié dans les pages de Raw au milieu des années 1980, revue dirigée par Art Spiegelman et Françoise Mouly, Charles Burns est devenu rapidement l’une des plumes les plus originales et influentes du neuvième art. Chroniqueur d’une Amérique sombre, questionnant la perméabilité entre le réel et les univers intérieurs, l’auteur dresse un portrait d’une génération en quête d’identité, entre romance, horreur et thriller psychologique.


La programmation autour de Charles Burns au Festival de Bande Dessinée d'Angoulême
Invité d’honneur du Festival de la Bande dessinée d’Angoulême, Charles Burns  participe, pour la seconde fois, au laboratoire Pierre Feuille Ciseaux créé et mené par l'association ChiFouMi. 
  • Exposition Pierre, Feuille, Ciseaux, à l'Espace Franquin - Du 30 janvier au 2 février
  • Samedi 1er février de 10h30 à 12h en salle Buñuel à l'Espace Franquin : Rencontre Internationale avec Charles Burns
  • Samedi 1er février à 15h au Forum du Nouveau Monde : Rencontre de l'influence franco-belge avec Charles Burns et Alex Baladi
LA BANDE DESSINÉE INVESTIT DE NOUVEAUX ESPACES D'EXPOSITION

Par l’intermédiaire de cette démarche, le Festival d’Angoulême ambitionne d’offrir de nouvelles émotions aux amoureux de bande dessinée en leur présentant des œuvres dans des lieux inattendus.


Il souhaite aussi, naturellement, convertir de nouveaux adeptes à ce médium artistique et littéraire (véritable passion française au regard du succès que sa créativité rencontre de longue date dans l’hexagone et plus que jamais aujourd’hui) en introduisant ces créations dans leur quotidien afin qu’elle participe d’une esthétique urbaine et d’une médiation culturelle transgénérationnelle. 

Depuis le 15 décembre et jusqu’au 15 février, ce sont ainsi 11 auteur(e)s qui sont exposés dans 17 gares réparties sur l’ensemble du territoire français.

Cette action entre en synergie directe avec l’initiative du Ministère de la Culture qui a décrété 2020 « Année de la bande dessinée ». 

La Nouvelle-Aquitaine et son agence culturelle, l’ALCA, soutiennent activement ce projet qui ouvre des potentialités d’expression aux artistes du 9e Art, affirmant ainsi l’importance de la bande dessinée et de son label aquitain mondialement connu qu'est le Festival d’Angoulême.

Votre gare : Avignon TGV

Nathalie DORIER, directrice de gare

Véronique CHEYLAN, chef de gare

Place de l'Europe 84000 Avignon

horaires

Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi - Samedi - Dimanche de 05:00 à 00:00

Vendredi de 05:00 à 01:00

horaires jours fériés

Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi - Samedi - Dimanche de 05:00 à 00:00