Une agora culturelle

Indispensable au fonctionnement de la démocratie, à la vie en société et à son activité économique, la culture a vocation à être largement diffusée, partagée et accessible. À la fois lieu et acteur public, la gare apparaît comme le terrain idéal de la diffusion d’une culture pour tous. C’est d’autant plus aisé que l’architecture d’une gare est particulièrement adaptée à cette mission, propice à l’exposition d’œuvres de tous formats. Aujourd’hui, support d’œuvres artistiques, demain la gare pourrait parfaitement explorer d’autres champs culturels : l’histoire, les sciences, l’ethnologie...

Révéler de nouveaux talents

Et si l’« espace public » proposait aux créateurs de tous bords de venir diffuser largement leur travail devant les passants les plus divers ? C'est déjà ce que propose la gare qui instaure les conditions nécessaires à la révélation de talents nouveaux ou peu connus du grand public. Promouvoir de jeunes créateurs, leur offrir un lieu d’expression, telle est l’autre mission que la gare s’est donnée, à travers des résidences proposées à des artistes. Démocratiser l’art, c’est aussi cela : rendre public, visible, compréhensible et palpable le moment de création en tant que tel.

Un espace de partage

La gare de demain sera le lieu ouvert, gratuit et accessible à tous d’un partage de valeurs communes autour de la culture. Lieu de voyage par excellence, la gare transporte son visiteur vers d’autres contrées, souvent mal ou peu connues. Elle devient un terreau fertile où chacun peut s’enrichir au contact de créateurs venus d’une autre région, d’un autre pays, d’un autre continent. En concertation avec les musées, les festivals et autres institutions culturelles, les gares entendent aussi contribuer à l’effort de chaque ville pour mettre en lumière ses traditions, savoirs et savoir-faire.

Partie prenante d’un réseau culturel ouvert

Reste à imaginer de quelle manière la gare pourrait s’investir davantage dans la promotion digitale de son offre physique, en informant ses visiteurs du déroulement d’événements culturels dans ses locaux. Rien n’empêcherait de bâtir un réseau culturel ouvert favorisant l’open data, en reliant les musées, les galeries, les salles de spectacles et les gares.

Leviers de développement durable

Ouvertes sur la ville, les gares deviennent des modèles de développement durable. Elles s’inscrivent dans un réseau de solutions visant à créer des villes intelligentes, économes en énergie et optimisées en termes de déplacement.