Nuit Blanche 2016

SNCF Gares & Connexions participe depuis 2014 à Nuit Blanche, avec des installations inédites d’œuvres contemporaines adaptées aux gares parisiennes et à leur public. Après, Jacques Villeglé et Pablo Valbuena gare de Paris-Austerlitz en 2014 puis « Maison fond » de Leandro Erlich sur le parvis de la gare de Paris-Nord en 2015, cette année, nous annonçons Nuit Blanche une semaine avant son lancement.

Rubriques associées :
Culture, Art Contemporain

Découvrez la performance d'Abraham Poincheval sur le parvis de la gare...

Du 26 septembre au 1er octobre, durant 6 jours et 5 nuits, l’artiste Abraham Poincheval vit en haut de ce mât perché à 20 mètres de hauteur, en totale autonomie. Il est équipé du strict nécessaire (eau, nourriture lyophilisée…) et retenu par une ligne de vie à cette plateforme de 160 par 100 cm. Entre terre et ciel, l’artiste se rend physiquement et mentalement disponible, conscient du monde qui l’entoure. Surplombant la ville, il se retire de l’agitation urbaine, pour mieux l’observer. Il réactive ainsi la posture des stylites, ces ermites du temps des premiers chrétiens (tel saint Siméon au Ve siècle) qui s’isolaient en haut d’une colonne pour entrer en méditation. Durant toute la semaine précédant Nuit Blanche, du haut de sa vigie, il guette la venue de Poliphile, héros d’un roman italien du XVe siècle, dont les aventures constituent le fil narratif de Nuit Blanche ; il en descendra le 1er octobre à 19h, pour le lancement de cette dernière.

Né en 1972, Abraham Poincheval s’engage dans des expériences extrêmes, itinérantes ou sédentaires : après avoir vécu 13 jours dans le ventre d’un ours empaillé et 7 jours enterré dans un trou de 60 cm de diamètre, c’est dans une bouteille géante qu’il a passé l’été 2016, faisant régulièrement halte le long du Rhône. Pour Nuit Blanche, il réactive Vigie / Stylite, expérience menée précédemment à Rennes et à Cap-Sizun. Mobilisant ses capacités physiques et mentales, Abraham Poincheval s’aventure aux limites de la survie pour explorer sa relation à l’environnement et au réel sous un nouvel angle. Ses défis sportifs sont empreints d’une poésie qui puise autant dans les cultures anciennes et la fiction que dans ses propres rêveries. Son travail s’inscrit dans la performance, medium artistique qui a pris son essor dans les années 1960 et a contribué à élargir le champ de l’art, à l’extraire du cadre des musées, des galeries et du marché de l’art.

...et l’œuvre "En attendant Poliphile" d'Alain Séchas dans la galerie des Fresques

Une semaine avant Nuit Blanche, la galerie des fresques s’orne d’un décor peint en noir et blanc sur un miroir. Un groupe de personnages félins, munis de bouquets de fleurs et de pancartes, semble attendre l’arrivée d’un passager : Poliphile, le héros d’un roman italien du XVe siècle, attribué à Francesco Colonna. Ce conte initiatique et ses mystérieuses gravures ont inspiré de nombreux artistes à travers les siècles. Aujourd’hui, il constitue le fil narratif de Nuit Blanche 2016 : les visiteurs pourront suivre les aventures de Poliphile, jeune homme amoureux qui rêve de conquérir la nymphe Polia dont il est amoureux. Ici, les chats aux visages éberlués sont peut-être les invités d’un mariage, vaguement inquiets de voir enfin surgir le futur marié… Celui-ci pourrait arriver de Venise, ville où a été écrit Le Songe de Poliphile et que l’on peut admirer sur les fresques peintes dans la gare par Jean-Baptiste Olive en 1900. L’œuvre garde trace de la spontanéité du dessin et de l’expression rapide de l’artiste, jusque dans l’annonce « Poliphile, ta nuit sera blanche ! », adressée tant au héros qu’aux voyageurs arrivant à Paris.

Né en 1955, Alain Séchas est peintre, sculpteur, vidéaste… Le dessin est au centre de ses différentes pratiques et son trait particulier donne aux œuvres une lecture directe et un impact visuel fort. Dans ses oeuvres figuratives, il adopte un style proche de la bande-dessinée ou de la caricature : esquissé en quelques coups de crayons et sans détails précis, pour saisir en instantané des scènes de la vie quotidienne. L’univers d’Alain Séchas est peuplé de figures anthropomorphes : chats, grenouilles, martiens, pieuvres, fantômes… Si leurs visages ne montrent guère plus d’expression que des yeux écarquillés, l’accent est mis sur leurs gestes, postures et actions empruntés aux humains. La fantaisie des mises en scènes, où le thème de l’individualisme croise celui du couple et de la rencontre, est souvent teintée d’ironie, rappelant des faits d’actualité ou la violence banale.

"En attendant Poliphile"œuvre d'Alain Séchas dans la Galerie des Fresques
sur 2
Votre gare : Paris Gare de Lyon

Priscille GARCIN, directrice de gare

4, place Louis Armand 75012 Paris

horaires

Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi - Samedi - Dimanche de 04:45 à 01:30

horaires jours fériés

Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi - Samedi - Dimanche de 04:45 à 01:30

Culture

EVENEMENT LE 23/09/2022
21 Septembre 2022
Paris Gare du Nord
EVENEMENT DU 20/08/2022 AU 31/10/2022
EVENEMENT DU 20/08/2022 AU 31/10/2022