Nouvelles expositions dans la gare de Nouvelle-Aquitaine grâce au partenariat entre le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux et SNCF Gares & Connexions

Depuis plus d’un an, les gares de tout le territoire offrent un écrin de culture au coeur des villes grâce aux multiples expositions qui y prennent place, permettant ainsi au public dans sa plus grande diversité de les découvrir, malgré la fermeture des musées.
Pour continuer de patienter jusqu’à leur réouverture prochaine, les gares de Bordeaux et d’Agen se mettent à l’heure anglaise et proposent un voyage passionnant au coeur de la richesse de la peinture d’outre-Manche avec ses artistes les plus novateurs.

© David Paquin

Le public français n’a que rarement l’occasion d’admirer les merveilles de l’art britannique, peu représenté dans les collections publiques nationales.
Dans le cadre de son année britannique, organisée avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre, le musée des Beaux-Arts de Bordeaux le mettra à l’honneur, tout en rendant hommage aux relations historiques entre la Grande-Bretagne et l’Aquitaine. Reprises en gares de Bordeaux et d’Agen, deux expositions complémentaires et surprenantes – British Stories et Absolutely Bizarre ! – permettent d’une part un dialogue inédit entre les collections du musée et des chefs-d’oeuvre anglais prêtés par le musée du Louvre, et d’autre part un éclairage original et foisonnant sur la formidable École de peinture de Bristol (1800-1840).

© David Paquin
  • LE PREMIER VOLET : BRITISH STORIES

Le musée des Beaux-Arts de Bordeaux fait figure d’exception par la qualité de son fonds anglosaxon composé de tableaux, dessins, estampes et sculptures de prestigieuses signatures – Joshua Reynolds et Thomas Lawrence en tête – ainsi que d’artistes plus rares en France comme Benjamin West, John Martin et Johan Zoffany. Cette exposition British Stories rapproche ce corpus d’une trentaine d’oeuvres et huit toiles de maîtres venus du musée du Louvre, dont le fameux Master Hare de Reynolds.

Cette proximité artistique offre la part belle à l’art du portrait, un genre dans lequel les peintres britanniques excellent avec virtuosité et panache depuis le XVIe siècle. La peinture d’Histoire, le genre typiquement anglais du portrait de groupe ou celui du paysage complètent le panorama.

 

  • LE SECOND VOLET : ABSOLUTELY BIZARRE !

C’est un foyer artistique méconnu – même en Angleterre ! – que célèbre pour la première fois en France cette exposition autour de l’École de Bristol.

Mêlant humour anglais et univers fantastiques, 80 peintures et dessins réinventent des genres picturaux traditionnels pour dévoiler une saveur audacieuse de l’art d’outre-Manche qui a fasciné les écrivains romantiques français épris de « beauté bizarre », de Théophile Gautier et Victor Hugo à Charles Baudelaire. Plus qu’un mouvement pictural autonome, l’École de Bristol est une association informelle et confraternelle d’artistes et d’amateurs éclairés. Même dans les sujets en apparence pittoresques, l’insolite s’immisce toujours, conférant à ce mouvement un caractère si singulier qui constitue encore aujourd’hui sa marque de fabrique.
Les peintres Edward Bird, Francis Danby, Edward Villiers Rippingille, Samuel Colman, Samuel Jackson, Rolinda Sharples ou William James Müller en sont les plus brillants représentants.

 

Télécharger le communiqué de presse